LE COURAGE

 JOURNEE MONDIALE DU JUDO

judo respec t

Samedi 28 Octobre 2017

La Fédération Internationale de Judo, sous l’impulsion de son Président, Monsieur Marius Vizer,  a lancé en 2011 la journée mondiale du judo.

Il fut entendu dès le départ que chaque année, cette journée, le 28 octobre, serait placée sous le signe d’un thème directement issu de l’Esprit du judo.

C’est ainsi qu’en 2011, le thème retenu et mis à l’honneur fut celui du RESPECT.

En 2012 c’est le côté universel du judo qui fut mis de l’avant en retenant comme thème JUDO POUR TOUS.

L’année 2013 fut mise sous le thème de la PERSÉVÉRANCE.

En 2014, ce fut l’HONNEUR qui retint l’attention.

En 2015, on parla beaucoup d’UNITÉ.

En 2016, l’année dernière lorsque nous avons reçu pour la première fois au club l’un des espoirs du Canada en judo, Antoine BOUCHARD, il était question à nouveau de la dimension internationale du judo avec le thème retenu : JUDO POUR LE MONDE.

Cette année, le 28 octobre prochain, nous recevrons à nouveau avec honneur et plaisir Antoine BOUCHARD, qui donnera de son temps, de sa bonne humeur et partagera son expérience avec les plus jeunes car la jeunesse est notre relève et elle doit s’abreuver à la source du COURAGE car le courage, vous l’aurez deviné, est le thème retenu pour 2017.

Antoine BOUCHARD est l’image montante du judo canadien sur la scène internationale. Nul doute que nos jeunes pratiquants n’auront d’yeux que pour Antoine et tous voudront savoir quelque chose sur ses jeux olympiques mais aussi, j’en suis certain sur les prochains jeux olympiques au Japon, des jeux qui s’annoncent déjà mythiques pour notre discipline qui rassemble en 2017 près de 30 millions d’adeptes à travers la planète. Ce sont en fait 196 fédérations nationales qui voient aux destinées de la Voie de la Souplesse.

Pour Jigoro Kano, le fondateur du judo qui à l’âge de 22 ans (1882) créait cet art martial moderne, répondant aux règles qui aujourd’hui sont suivies et partagées mondialement, il était primordial que le Judo devienne un vecteur de rassemblement, de dépassement, de découverte de soi et des autres. Peu importe ses capacités et/ou conditions physiques ou mentales, peu importe son origine, sa condition sociale, son sexe ou son âge, seul compte la place que l’être humain occupe ou qu’il  occupera au sein d’un dojo quelque part sur la terre.

Le respect du lieu, du dojo, des enseignants, de la discipline, des autres et de soi, du passé, du présent et de son inscription dans le destin de cet art martial, le respect du code moral du judo, fondement même de tout l’édifice Judo, se traduit par le témoignage répété et ressenti du salut, première humilité face à la conscience progressive, que chaque pratiquant acquerra ainsi tout au long de son périple de vie.

La modernité a guidé Jigoro Kano à la fin du 19e siècle. Il a pressenti toute la puissance des arts martiaux traditionnels à l’aube de cette révolution qu’allait connaître le monde du 20e siècle. À présent, nous voilà au 21e siècle et le judo entame avec sérénité sa troisième étape, celle de la diffusion de ses valeurs cette fois non plus pour la victoire physique à l’occasion d’un combat, mais bien pour amener l’être humain à se découvrir, se comprendre mieux, accepter harmonieusement sa place dans l’univers et sur Terre, à devenir ce siècle-ci, un vecteur d’équilibre et de paix, un vecteur de valeurs morales, en se protégeant et en protégeant notre environnement, en élevant l’être humain vers son prochain stade où nos corps physiques et spirituels retrouveront petit à petit cette harmonie qu’est celle d’évoluer pour ce qui est bien et juste.

Le Judo est devenu et est largement reconnu comme un  moyen d’éducation du corps et de l’esprit. La seule voie qui permet à chacun d’appréhender la vie dans toute sa réalité c’est celle de l’équilibre entre le corps et l’esprit. Le judo offre cette souplesse.

Mais d’autres que nous ou que Jigoro Kano, ont vu et ont écrit sur cette équation fondamentale. En latin on dit  Mens sana in corpore sano  dont on attribue cette citation à Juvenal, un poète romain de l’Antiquité, mais encore là, les plus grands esprits se sont reconnus dans cette vérité, citons-en pour mémoire certains : Homère, Platon, Horace, Alain, Rabelais, plus près de nous George Sand ou encore Tahar Ben Jelloun.

Alors le judo est porteur de valeurs fondamentales séculaires qu’il nous faut rappeler et protéger, diffuser et respecter. Le tatami et le dojo sont des lieux privilégiés pour cela, mais au-delà la Vie offre la réelle dimension de notre engagement en tant que judoka.

Les valeurs du judo, comprises pour l’essentiel dans notre code moral, une synthèse moderne des valeurs martiales séculaires, doivent pouvoir trouver un écho favorable dans la vie quotidienne.

De la politesse à l’amitié, vous passerez par le courage (thème de la journée mondiale du judo 2017), la sincérité, l’honneur, la modestie, le respect et enfin le contrôle de soi.

Si le judo a pour ambition de devenir universellement accepté, connu, reconnu et pratiqué c’est pour nous permettre à tous et à toutes de  construire un monde meilleur.

Alors, que cette journée mondiale du judo, ce 28 octobre 2017, soit une pierre supplémentaire à la construction de votre édifice de vie.

Eric Allan DEBARGIS

Président du Comité d’Éthique de Judo-Québec

Président du Club de judo Torii

28 octobre 2016 – Beaucoup de sourires au Club de judo Torii qui accueillait l’Olympien Antoine Bouchard et le médaillé des Jeux PanAméricains Idir Mazouzi pour les festivités de la Journée Mondiale du judo.

Les jeunes judokas (et les plus vieux) ont eu la chance d’apprendre certaines de leurs techniques favorites, de voir leurs médailles et de discuter de leurs expériences de tournoi et de leur carrière de judoka.

Tous les participants ont eu la chance de repartir avec une photo, un autographe et de beaux souvenirs.

Une activité qui deviendra assurément un incontournable au Club de judo Torii pour les années à venir!

Un merci tout spécial à Marie-Eve Lavoie, organisatrice de l’évènement, ainsi qu’à toutes les personnes qui ont contribué à la mise en place et à la promotion de l’évènement. C’est grâce au travail de tous ces bénévoles que l’activité a pu connaître un tel succès.

Merci aussi à l’arrondissement d’Anjou qui nous a permis de tenir l’évènement au sein du Centre Communautaire d’Anjou et pour sa collaboration.